Imprimer la page

Commission Castonguay-Nepveu

9 mars 1966
Dix régions administratives
Le territoire du Québec est subdivisé en dix régions administratives.
L’Union nationale (UN) reprend le pouvoir tout en obtenant moins de votes que le Parti libéral du Québec (PLQ).
9 décembre 1966
Loi sur les prêts et bourses
Entrée en vigueur de la Loi des prêts et bourses aux étudiants.
Les recommandations de la Commission Castonguay-Nepveu marqueront profondément la réforme de la santé et des services sociaux.
1966
Marie-Claire Blais, prix Médicis
L'écrivaine Marie-Claire Blais remporte le prix Médicis et le prix France-Canada pour Une saison dans la vie d'Emmanuel paru en 1965.
31 mars 1966
Commission d'enquête sur l'enseignement des arts
Création de la Commission d'enquête sur l'enseignement des arts au Québec présidée par Marcel Rioux (commission Rioux). Le rapport de la Commission sera déposé en août 1968.
1er septembre 1966
Une émission couleur…
Premières émissions de télévision en couleur à Radio-Canada.
14 octobre 1966
Inauguration du métro de Montréal
Inauguration du métro de Montréal. Les lignes orange et verte sont mises en service alors que la ligne jaune, desservant notamment le site de l’Exposition universelle, sera inaugurée le 1er avril 1967.
23 et 24 avril 1966
Fédération des femmes du Québec
Congrès de fondation de la Fédération des femmes du Québec, une initiative de Thérèse Casgrain; la Fédération a alors pour objectif de regrouper des femmes et des associations pour coordonner leurs activités dans le domaine de l’action sociale.
22 septembre 1966
AFEAS
Fondation de l’Association féminine d’éducation et d’action sociale (Afeas). Aujourd’hui, l’Afeas regroupe 13 000 Québécoises intéressées à promouvoir les droits des femmes et à améliorer la société par l’éducation et l’action sociale.

Comment se servir du fil du temps?

Le fil du temps présente les événements marquants de la Révolution tranquille en six catégories. Chaque année regroupe une série de bulles qui permettent d’ouvrir une fenêtre sur un fait, une anecdote ou encore un moment historique. Parfois, cette fenêtre donne accès à une page offrant davantage d'information. Bonne visite!

AccueilFaits et gestesPar annéeCommission Castonguay-Nepveu

Commission Castonguay-Nepveu
9 novembre 1966

L’assurance hospitalisation étant affaire réglée, l’État québécois allait s’intéresser à la question de la gratuité des autres soins de santé. En 1966, le gouvernement fédéral adopte la Loi sur les soins médicaux, dans laquelle il s’engage à assumer 50 % des coûts des régimes d’assurance-maladie provinciaux. Pour en évaluer l’applicabilité, le premier ministre Jean Lesage institue le Comité de recherches sur l’assurance-santé, dirigé par Claude Castonguay. Après les élections de juin 1966, le gouvernement unioniste transforme le comité en Commission d'enquête sur la santé et le bien-être social, toujours présidée par Castonguay (Gérard Nepveu le remplacera en 1970), et lui donne le mandat d’étudier l'ensemble des secteurs de la santé et du bien-être.

En cinq ans, la Commission reçoit des centaines de mémoires, effectue plusieurs voyages à l’étranger, publie un rapport en sept volumes et vingt-huit annexes. Elle recommande la mise en place d’un système de santé public, gratuit, accessible et universel de même que l'orientation de l'action vers les déterminants de la santé. La Commission fait sienne une nouvelle conception de la médecine, orientée vers la santé plutôt que vers la maladie. Cette « médecine globale » implique la possibilité pour l’individu de recevoir toute la gamme des soins et des services, tout au long de sa vie et peu importe l’endroit où il se trouve. En conséquence, l’organisation et l’administration des institutions et des professions de la santé et des services sociaux doivent être revues de fond en comble.

À la suite des recommandations de la Commission, la Loi sur l’assurance maladie est votée par l’Assemblée nationale du Québec le 10 juillet 1970 et entre en vigueur le 1er novembre. Le 22 décembre, le ministère des Affaires sociales naît de la fusion du ministère de la Famille et du Bien-être et du ministère de la Santé. Un an plus tard, la Loi sur les services de santé et les services sociaux préside à la mise en place du système de santé et de services sociaux tel que nous le connaissons aujourd’hui.