Imprimer la page

Création du ministère de l’Immigration

5 juillet 1968
Office de planification du Québec
Création de l'Office de planification du Québec (OPQ) qui remplace le Conseil d'orientation économique.
1er novembre 1968
Création de l’OFQJ
Création de l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ). Cet organisme bigouvernemental est le fruit de la volonté des gouvernements français et québécois de favoriser la coopération entre la jeunesse des deux communautés. Il soutient les séjours professionnels outre-Atlantique de jeunes de 18 à 35 ans.
Le Québec entend contrer en partie la baisse de la natalité en assumant ses prérogatives constitutionnelles en matière d’immigration.
14 novembre 1968
Protecteur du Citoyen
Création du poste de Protecteur du Citoyen, inspiré du modèle scandinave.
L’abolition du Conseil législatif, formé de membres non élus, consacre la primauté de la démocratie dans l’exercice du pouvoir politique.
5-10 février 1968
Conférence des ministres de l'Éducation à Libreville
Conférence annuelle des ministres de l’Éducation des pays francophones à Libreville (Gabon). Jean-Guy Cardinal dirige la délégation québécoise. À la suite de cette invitation du ministre québécois, le gouvernement fédéral rompt ses relations diplomatiques avec le Gabon.
Grâce au réseau de l’Université du Québec, l’enseignement universitaire est accessible dans toutes les régions.
22 février 1968
Arrivée de Radio-Québec
Création de Radio-Québec. La promulgation d’une loi adoptée en 1945 donne enfin naissance à Radio-Québec.
28 mai 1968
Première de l'Osstidcho
Première de L'Osstidcho, au Théâtre de Quat'Sous, avec Robert Charlebois, Louise Forestier, Yvon Deschamps et Mouffe. Anticonformiste, le spectacle cherche à démystifier la « vedette » et tente de renouveler la manière habituelle de présenter un spectacle.
28 juin 1968
Festival d'été de Québec
Première édition du Festival d'été de Québec. Le projet est né sous l’impulsion de sept jeunes artistes et d’un groupe d’hommes d’affaires de la capitale. Leur but : animer les places publiques de la ville et faire la promotion des arts populaires.
28 août 1968
Les belles-sœurs
Première de la pièce Les Belles-Sœurs de Michel Tremblay, dans une mise en scène d’André Brassard au Théâtre du Rideau Vert à Montréal.
9 décembre 1968
Commission d'enquête sur le français
Création d’une commission d’enquête sur la situation du français au Québec (commission Gendron) présidée par Jean-Denis Gendron.
5 juillet 1968
Naissance de l’Office de planification du Québec (OPDQ)
Naissance de l’Office de planification du Québec (OPDQ).
1er septembre 1968
La commission scolaire de Saint-Léonard impose des cours de français
La commission scolaire de Saint-Léonard impose des cours de français aux enfants immigrants allophones, ce qui provoque la colère de la communauté italienne. La « crise de Saint-Léonard » forcera le gouvernement à intervenir dans le dossier linguistique.
26 septembre 1968
Décès de Daniel Johnson
Décès du premier ministre Daniel Johnson au barrage Manic 5. Il était premier ministre depuis le 16 juin 1966. Jean-Jacques Bertrand sera choisi chef intérimaire et deviendra premier ministre.
Le Parti québécois devient le point de rassemblement des mouvements et associations nationalistes et se prépare à la lutte électorale.
14 novembre 1968
Mariage civil
Sanction de la Loi concernant le mariage civil. Elle permet aux couples qui refusent le mariage religieux de type traditionnel d'inscrire leur union dans les registres d'état civil. La mesure entre en vigueur le 1er avril 1969.

Comment se servir du fil du temps?

Le fil du temps présente les événements marquants de la Révolution tranquille en six catégories. Chaque année regroupe une série de bulles qui permettent d’ouvrir une fenêtre sur un fait, une anecdote ou encore un moment historique. Parfois, cette fenêtre donne accès à une page offrant davantage d'information. Bonne visite!

AccueilFaits et gestesPar annéeCréation du ministère de l’Immigration

Création du ministère de l’Immigration
5 novembre 1968

Le taux de natalité, qui était de 39,5 pour mille en 1900, n’est plus que de 24 pour mille en 1964. Le phénomène n’est pas sans inquiéter, des deux côtés de la Chambre. Une partie de la solution réside dans l’immigration, une responsabilité partagée entre Ottawa et les provinces en vertu de l’article 95 de la Constitution, mais dont le Québec ne s’est jamais prévalu.

Le 3 février 1965, le député unioniste Gabriel Loubier dépose une motion proposant la création « d’un service ou d’un ministère de l’Immigration ». La motion reçoit l'appui du gouvernement libéral, si bien que le Service d’immigration du Québec est bientôt rattaché au Département du Canada français outre-frontières du ministère des Affaires culturelles. Il doit établir les besoins du Québec en matière d’immigration et élaborer des politiques liées à ces besoins. Ce service devient une direction générale dès l’année suivante.

Le 20 février 1968, après une entente intervenue avec le gouvernement fédéral, le gouvernement unioniste peut annoncer, dans son discours du Trône, la création prochaine d’un ministère de l’Immigration. La Loi sur la création du ministère de l’Immigration, sanctionnée le 5 novembre, permet au Québec de favoriser l'arrivée d'étrangers provenant de pays francophones. Le nouveau ministère ouvre deux bureaux, en France et en Italie, et offre des services d'accueil, d'assistance sociale et de placement. Il met en place sept centres d'orientation et de formation des immigrants (COFI) qui offrent des cours de français.