Imprimer la page

Culture et langue

AccueilGrands thèmesCulture et langue

La promotion de la culture et de la langue

Dans les années 1960, l’identité québécoise s’affirme, la culture québécoise s’exporte. Cela se manifeste par un véritable bouillonnement artistique dans les domaines de la chanson, de la poésie, de la littérature, du cinéma, de la radio et de la télévision. De nombreux créateurs et artistes s’illustrent tant au Québec que sur la scène internationale.

Le gouvernement veut rendre la culture accessible. Il se dote d’un ministère des Affaires culturellesCe lien s'ouvre dans une nouvelle fenêtre, soutient la création originale et se porte à la défense de la langue française. Cette volonté de démocratiser la culture se traduit aussi par la création d’institutions nationales prestigieuses, telles que le Musée d’art contemporainCe lien s'ouvre dans une nouvelle fenêtre de Montréal, le premier du genre au Canada, la Place des ArtsCe lien s'ouvre dans une nouvelle fenêtre, le Grand Théâtre de QuébecCe lien s'ouvre dans une nouvelle fenêtre et la Bibliothèque nationale du QuébecCe lien s'ouvre dans une nouvelle fenêtre.

Liens externes

SAVIEZ-VOUS QUE?

On ne connaît pas avec certitude l’origine de l’expression « Révolution tranquille ».

Elle aurait été utilisée la première fois pour qualifier les réformes mises de l’avant par le gouvernement Lesage par un journaliste anglophone de Toronto, en poste à Québec. D’autres sources l’attribuent à Jean Lesage lui-même; il aurait répondu à un journaliste qui lui disait « this is a revolution, Mister Premier ».« If it is a revolution, it is a quiet revolution », aurait-il rétorqué. Quoi qu’il en soit, l’expression reflétait si bien l’atmosphère qui régnait à l’époque qu’elle est rapidement devenue d’usage courant.